dimanche 13 décembre 2015

PONTOISE - M. Camille Pissarro



Musée Camille Pissarro
(département : Val d’Oise)

*A la fin du billet, des tableaux anciens dans les églises de Pontoise

Visite du musée Camille Pissarro le samedi 7 novembre 2015

Ce musée, conçu comme une extension du musée Tavet-Delacour, fut inauguré en 1980, pour rendre hommage au peintre impressionniste Camille Pissarro (1830-1903). Il est installé dans une maison bourgeoise de la fin du XIXe siècle, située à l’emplacement de l'ancien château royal de Pontoise, détruit en 1742 ; elle domine la vallée de l'Oise. Le parc de cette demeure est formé d’un plateau rocheux entouré de remparts.
Les œuvres, d’artistes du XIXe siècle ayant séjourné dans la région, sont présentées par rotations.
Le musée conserve également une riche collection d’œuvres sur papier.


Camille Pissarro (1830-1903) : Péniche sur la Seine (1864)

Charles-François Daubigny (1817-78) : Sous-bois à Valmondois (1877)

Gustave Caillebotte (1848-94) : Les Bords de Seine au petit Gennevilliers (1892)

Henri Matisse (1869-1954) : Nature morte aux Livres (1890)

Louis Hayet (1864-1940) : Paysage du Vexin (1889)

Louis Hayet : Fête foraine, la nuit (c. 1888)

Louis Hayet : Nature morte aux oranges (coll. privée)

Georges Manzana-Pissarro (3e fils de Camille Pissarro – 1871-1961) : Neige sur la Seine (1902)

Camille Pissarro : La Brouette, Verger (1874)

Paul Signac (1863-1935) : La Seine à Herblay (opus 214) (1890)

Lucien Pissarro (aîné des 7 enfants – 1863-1944) : La Forêt de Pins (1892)

Edouard Béliard (1832-1912) : Pontoise, Vue depuis l'écluse (1872-75)

Edouard Béliard : Promenade des fossés à Pontoise (1872-75)

Octave Linet (1870-1962) : Le Quai Bucherel à Pontoise
Octave Linet : Neuville-sur-Oise

Clovis Cousin (1818-89) : 2 toiles
William Thornley (1857-1935) : Vue du Chevet de St-Maclou

Auguste Moynier : L’Oise à Valhermeil (1882)

Ludovic Piette (1826– 78) : Le Marché à la volaille, place de l'Hôtel de Ville Pontoise (1878)

Ludovic Piette : Le Marché aux légumes, Pontoise, place du Petit Martroy (1876)

Ludovic Piette : Le Marché aux légumes, Pontoise, place du Petit Martroy (1876)

Ludovic Piette : Le Marché place du Grand Martroy (1876)

Ludovic Piette : Fête, boulevard des Fossés, Pontoise (1877)

Ludovic Piette : Vue prise en haut de la rue du Château (1875)




D’intéressantes peintures anciennes sont à découvrir dans les églises de la ville.

Dans la Cathédrale Saint-Maclou
La plupart des peintures conservées dans la cathédrale Saint-Maclou proviennent des établissements religieux, fermés à la Révolution.

Ec. française (17e) :  Le Couronnement de la Vierge. Huile sur toile.

d'après Pierre Mignard : La Montée au Calvaire. Huile sur bois. Copie anonyme d'une œuvre de Pierre Mignard du dernier quart du XVIIe siècle

Jean Jouvenet : La Déposition de la Croix (1708). Huile sur toile.
Cette œuvre a été donnée par le cardinal de Bouillon (1643-1715), abbé de Saint-Martin de Pontoise, aux Jésuites de la ville pour orner le maître-autel de leur chapelle consacrée à la Sainte-Trinité.
Après la dissolution de la Compagnie, en 1762, la toile passa en vente publique le 24 février 1765. Elle fut acquise par la confrérie de la Passion de Saint-Maclou, pour orner le retable de sa chapelle, commandé en 1740.

Ec. Française (17e) : Jésus et la Samaritaine. Huile sur toile attribuée à l'entourage de Philippe de Champaigne. 3,40 x 2 m.

Ec. Française (17e) : Le Christ et le paralytique à la piscine probatique. Huile sur toile attribuée à l'entourage de Philippe de Champaigne. 3,45 x 2 m.

Ec. française (17e) : Le Massacre de sainte Ursule et des 11 000 Vierges. Huile sur toile
-Anonyme (17e) : Saint François de Paule. Huile sur toile. 3 x 1,80 m
-Anonyme (17e) : Saint François et Saint Dominique arrêtant les traits de la justice divine Huile sur toile : 2,70 m x 1,90 m. Provient probablement du couvent des Cordeliers de Pontoise.
-Anonyme (18e: Dieu le Père. Huile sur toile. 2,00 m x 1,20 m. De provenance incertaine, mais ayant fait partie d'un retable.
-Louis de Malignon : Le Baptême du Christ (1893)

Dans le déambulatoire de la cathédrale Saint-Maclou 
Abraham Godijn, d'Anvers : Une série de sept tableaux peints à l'huile sur toile, représentant « les sept Sacrements » (Le Baptême du Christ, la Cène (Eucharistie), les Noces de Cana (Mariage), saint Pierre recevant les clés (Ordination), etc.), hauts de 1,20 m et larges de 1,50 m. Œuvres réalisées entre 1723 et 1724, provenant de l'abbaye Saint-Martin de Pontoise 

Dans la chapelle de la Passion, une belle "Mise au Tombeau" de 1550

 
Dans l’Eglise Notre-Dame

Ec. française (milieu 16e) : L’Adoration des Bergers. Huile sur bois. 92 x 69 cm.

Anonyme (18e) : La Sainte Trinité. Huile sur bois

Anonyme (16e) :L’Adoration des Mages.

Anonyme (17e) : La Bénédiction de Jacob. Huile sur toile. 2,30 x 2,05 m. Copie d'après la fresque peinte vers 1518 par Raphaël aux loges du Vatican. . Donné par le curé Louis Duval dans son testament de 1738

Giuseppe Caletti ? (17e) : Le Martyre de saint Sébastien. Huile sur toile. 2,00 x 1,20 m. Provient de l'abbaye Saint-Martin de Pontoise

Raffaello Vanni (1596-1657) (attr. à) : Le Mariage mystique de sainte Catherine d’Alexandrie. Huile sur toile. 1,70 x 1,35 m. Provient du carmel de Pontoise 

Noël Hallé (1711-81) : L’Agonie au jardin Gethsémani (1777). Huile sur toile. 2,92 x 1,94 m. Œuvre exécutée pour l'église du monastère des filles de la Visitation de Paris, donnée à l'église vers 1843.
François-André Vincent (1746-1816) : Un Saint recevant la confirmation, ou L'arrivée de saint Bruno à Grenoble (c. 1760). Huile sur bois. 1,07 x 0,66 m
-Un tableau représentant Jésus et les Docteurs (1647). Huile sur toile, haut de 143 cm et large de 103 cm, dans le style de Nicolas Poussin et de Jacques Stella
-Un tableau d'autel représentant L’Assomption (première moitié du 18e). Huile sur toile. 2,70 x 1,53 m. Dans le style de Jean Jouvenet et Charles Lamy

Ec. de Bologne (17e) : Vierge de l'Immaculée Conception. Huile sur toile

Ec. française (17e) : La Cène. Huile sur bois


Autres illustrations de l'église Notre-Dame de Pontoise


mercredi 9 décembre 2015

PONTOISE - Tavet-Delacour



Musée Tavet-Delacour
(département : Val d’Oise)

Visite le dimanche 8 novembre 2015

Ce bel hôtel particulier a été édifié à la fin du XVe siècle, par le cardinal et archevêque de Rouen, Guillaume d’Estouteville, pour le Grand Vicaire de Pontoise.
Cet hôtel, avec ses tourelles d’angle, ses toits en poivrière, ses fenêtres à meneaux et ses poutres intérieures, est un rare témoin de l’architecture civile de la fin du style gothique.
A la Révolution, l’Eglise vend cet édifice qui se transforme en préfecture, puis en tribunal civil.
En 1886, M. Tavet proposa à la ville d’y installer ses collections et d’y créer un musée. Le musée Tavet-Delacour conserve les collections historiques de la ville (non exposées).

Les collections du musée furent enrichies par la donation Otto Freundlich en 1968, constituée par le fonds d’atelier de l’artiste. Le musée Tavet-Delacour conserve l’ensemble le plus important au monde de ses œuvres.
Le Musée s’est depuis spécialisé en art moderne et contemporain, il a acquis ou reçu en don des œuvres de Hans Arp, Albert Gleizes, Geer van Velde, Aurelie Nemours, Masurovsky, Shirley Goldfarb, Jean Legros, Roger Chastel, Diego Giacometti, Auguste Herbin, Georges Valmier, Hans Reichel, Adolf Fleischmann, Pablo Gargallo ou Marcelle Cahn

Au rez-de-chaussée

Salle Otto Freundlich (1878-1943)
Ce sculpteur et peintre allemand, l’un des maîtres de la naissance de l’Art Moderne, fut, dès 1911, l’un des précurseurs de l’abstraction.
Victime du nazisme, il connut le triste privilège de voir ses œuvres figurer dans l’exposition « Die Entartete Kunst » (« L’Art dégénéré ») organisée par les nazis dès 1937 dans plusieurs grandes villes comme Munich ou Berlin. A la suite de cette exposition, nombre de ses œuvres conservées par les grands musées allemands furent détruites à partir de 1939.
Réfugié en France, il sera dénoncé (origine juive) puis arrêté en 1943. Déporté, il fut assassiné au camp d’extermination de Sobibor (Lublin-Maïdanek) en mars 1943.

Otto Freundlich : Composition (1938)

Diptyque (1937)

Composition (1941). Vitrail
-Otto Freundlich : Composition (1939). Tempera sur papier

Composition (1938). Huile/toile 

Composition (1931). Huile/toile
-Otto Freundlich : Composition inachevée
-Gravures et dessins...


Au premier étage : des œuvres d’artistes du XXe siècle (pour la plupart, abstraits)
Albert Gleizes (1881-1953)
Gunther Fruhtrunk
Jeanne Kosnick-Kloss (1892-1966) : 3 œuvres

-Aurélie Nemours - Shirley Goldfarb (1925-80)
-Jan-Meyer Roger : Sculpture en acier

Claude Pasquer : Cadence n°4 (1989-2000) (à gauche)
Josef Neuhaus (1923-99) : Plastik (1973). Acrylique sur bois
Günther Fruhtunk (1923-82) (sur le mur du  fond)

-Emile Gilioli (1911-77) : Belledone (1974). Acier poli

Otto Freundlich : Relief (1936). Bronze

Jean Arp (1886-1966) : Concrétion humaine (1935)

Leo Breuer (1893-1975) : Composition constructiviste (1951) (de gauche à droite)
-Cercles bleus (1950)
-Opposition vert-rouge-Vibration (1951-61)

-Sonia Delaunay (1885-1979) : 3 gouaches sur papier

Hernandez et Fernandez : 3 diptyques (1998). (2 sont visibles sur la photo)
Diego Giacometti (1902-85) : Console « aux grenouilles ». Bronze patiné

Georges Ayats : 5 acryliques sur toile
Diego Giacometti : Console « aux grenouilles », et 2 fauteuils « Têtes de Lionnes ». Bronze patiné

Klaus Staudt - Gudrun Piper
Guy de Lusigny : 3 gouaches sur papier
André Heurtaux (1898-1983) : Composition n° 75 (1953)
Joan Pala

Marcelle Cahn (1895-1981): 3 Sphères (1962) (à gauche)
Jean Gorin (1899-1981) : Composition n° 2 (1958) (à droite)

-Eve Gramatzki (1935-2003) – Jean Signovert - Heinrich Höerle (1895-1936)

Jean Arp (1886-1966) : Initiale d’une Tête (1960) (à gauche)
Shirley Goldfarb (1978) (à droite)

Geer Van Velde (1898-1977) : Composition (1962)

Pablo Gargallo (1881-1934) : Torse de jeune Gitan (1923)

Salle Henri Nouveau (1901-59) : plusieurs œuvres

-Carlos Cairoli (1926-95) : Translation (1982). Acier et plexiglas


Au second étage
Une exposition consacrée aux « céramiques Art Nouveau », acquises lors de l’Exposition Universelle de 1900. 


Dans le jardin
Otto Freundlich : Ascension (1929). Bronze